PUBLICATIONS

Scénarios de mobilité pour des temps incertains | INfluencia | Publication

Article écrit par Christian Gatard à l’occasion des 20 ans d’INfluencia
et publié dans le numéro spécial du magazine en vente ici : 
https://buy.stripe.com/9AQdU60TngB0goweVk


La mobilité c’est la grande aventure de l’humanité. Il y a eu le Rift africain dont on dit qu’il fut son berceau. Il y a eu le Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre dont on dit que la pandémie a multiplié les lecteurs. La mobilité est un concept généreux, fait de distance, d’accessibilité , de vitesse, d’échanges, de diffusions… Elle joue un rôle fondateur dans le développement des sociétés humaines tout autant que dans celui du bébé qui marche à quatre pattes pour rattraper son hochet.

Voilà qui est dit. Avec une introduction en forme de tel grand écart il va falloir faire des choix. De quelle mobilité parler pour ne pas enfoncer des portes ouvertes ? La métaphore est bien sûr choisie ici tout exprès puisqu’une porte ouverte incite à sortir explorer le monde et donc se déplacer. Et se déplacer c’est encore et toujours une aventure … en terre inconnue même pour traverser la rue pour acheter une baguette ou trouver un travail.

De fait pour traverser la rue il y aura toujours la marche à pied dont le corps médical dit le plus grand bien. Pour autant traverser la rue en regardant une série sur son smartphone n’est pas recommandé. Aujourd’hui. Dans quelques années ce même smartphone omniscient vous alertera de l’arrivée imminente du cycliste débouchant à toute allure. Épuisons donc rapidement le sujet : l’intelligence artificielle va gérer avec de plus en plus d’efficacité la mobilité urbaine. Les taxis-drones pourront tout autant gérer les paramètres de vol et la complexité d’un trafic de milliers d’engins au-dessus de votre tête. Des ailes volantes géantes, hybrides de dirigeables, parcourront le ciel sans jamais se poser au sol. Vous les rejoindrez en navette. Enfin, vous, c’est-à-dire les urbains aisés et un peu blasés par les mobilités douces et actives : le vélo, la trottinette, la roue (tout ça électrique) et peut-être la marche aussi avec un discret exosquelette télescopique qui vous fera faire vos 10.000 pas sans douleur. Parce que vous- autres, les lycéens ruraux obligés d’attraper le bus aux aurores, c’est moins sûr. Les dirigeables au-dessus des campagnes, ce sera beaucoup moins rentable. 

D’ici 2050, 7 personnes sur dix dans le monde vivront en milieu urbain. Dans quel état ? Un continuum rural-urbain est en train d’émerger. Il va falloir prendre en compte la connectivité entre les zones et les différents types de liens entre les zones urbaines et rurales. Les fractures territoriales ne seront peut-être pas des précipices. L’enthousiasme technologique ça ne mange pas de pain. La mobilité du futur se veut déjà plus verte, plus propre, plus durable en tout cas en ville et, avec un peu de chance, sur les territoires.

Mais au-delà de la mise en scène plus ou moins spectaculaire du solutionnisme technologique dont les médias font leur miel ,  une chose est sûre c’est que rien n’est sûr. Ce que les enfants apprennent aujourd’hui sera inutile dans trente ans.  85% des emplois de 2030 n’existent pas encore, 75% des entreprises cotées en bourse auront disparu dans les 10 qui viennent. Bref, la prospective est un boulot sans avenir mais il faut bien que quelqu’un s’y mette.

Pour repérer dès aujourd’hui quelques clés de compréhension de la mobilité du futur on a peut-être intérêt à cerner ce qui se passe dans notre rapport personnel à l’espace et au temps. Le temps de notre quotidien, l’espace de nos écosystèmes. 

Le train et l’avion avaient fait penser le rapport au monde différemment : temps et distance chamboulés, vertige de la vitesse, enjeux environnementaux, aventures et découvertes …un océan de fictions, de contes et légendes, de créations artistiques ! Les technologies de rupture comme l’IA, l’hydrogène, l’ordinateur quantique vont influer sur les enjeux de mobilité. Mais la mobilité du futur ne se réduira pas à la technologie – toute créative et fascinante qu’elle soit.   

Regardons donc du côté des signaux qui pointent vers quelques émergences possibles.  

La mobilité cognitive : un instrument de navigation dans un monde où chacun devra se débrouiller pour vivre ou survivre ?

Éloge anticipé de la vitesse et de la mobilité physique

S’il y a bien une piste qui va éclairer le monde qui vient c’est l’hybridation. En voici une.

A priori la mobilité cognitive est plutôt l’affaire des neuropsychologues. Elle ne concerne pas les déplacements physiques, soyons prudent. On sait que c’est la capacité d’utiliser ses compétences cognitives, telles que la pensée critique, la résolution de problèmes, la créativité, la mémoire, l’apprentissage, la flexibilité mentale et d’autres fonctions intellectuelles, de manière flexible et efficace dans différentes situations et contextes. 

Si on hybride mobilité cognitive et information multimodale on pointe la capacité de regrouper toutes les informations disponibles sur les possibilités de déplacement, par tout mode de transport, avec un large panel de contenus et de supports utilisés. 

Quel qu’il soit, le futur imposera à chacun de se débrouiller avec les moyens du bord : son intelligence, son instinct, ses recettes… Si on prolonge les courbes de ce que l’on voit en ce moment les futures mobilités quotidiennes seront des mini-aventures – quasiment un jeu survivaliste. Et à chaque fois qu’une nouvelle offre de transport apparaitra ce sera comme si un nouveau niveau de jeu se débloque. Les futurs GPS et autres applications de l’IA seront évidemment de la partie. Il faudra être malin et équipé des technologies embarquées dernier cri comme une géolocalisation au centimètre près, des offres intelligentes d’intermodalité et d’optimisation de parcours dans la jungle des villes… et on pourra survivre à la traversée de la rue.

La mobilité immobile : le pilotage d’une vie rêvée dans un monde ermite ?

Éloge anticipé de la tanière et de la mobilité virtuelle

Autant la mobilité cognitive laisse envisager un avenir de déplacements géographiques à la carte (si on peut dire) et,  en tout cas,  hors les murs de chez soi, autant l’imaginaire d’une mobilité immobile sent le confinement… quel qu’en soit la cause. La pandémie est bien sûr dans les mémoires – avec ses profiteurs trop contents de pouvoir faire un pause dans une vie hors d’haleine et ses résistants furieux qu’on leur impose une séquestration qu’ils ont imaginé orchestrée par quelque état profond. Mais on peut anticiper bien des raisons de reconfiner chez soi, dans des communautés fermées, dans des archipels socio-économiques, dans des cités-états jalouses de leurs territoires. Suivez mon regard : le dérèglement climatique, la menace terroriste, une guerre… Seulement voilà : pas besoin que ces scenarios soient activés pour de bon dans le monde réel.  Leur anticipation dans l’imaginaire collectif, dans les légendes urbaines, dans les rumeurs propagées par les réseaux sociaux va agir comme énoncé performatif et convaincre chacun qu’on est mieux chez soi (ou dans quelque endroit qui fait qu’on s’y sent mieux que dehors). La société ermite est annoncée.

C’est là qu’immobilisée géographiquement une population apeurée ou peut-être tout simplement fatiguée du vacarme du monde va décider de se poser. Il y en aura pour tous les goûts. Le shifting va séduire toutes les générations : cette manière de voyager par la pensée grâce à l’autohypnose en s’inventant des mondes imaginaires et des réalités alternatives. Le LSD va revenir en force. La méditation et le mysticisme en chambre vont permettre de s’évader d’un quotidien trop dur.

Cette radicalisation des expériences ne sera après tout qu’un prolongement du binge-watching des séries sur plateforme. Dans la tanière des réalités augmentées, hologrammées, tarifées seront mises en scène. Ce sera spectaculaire. Pourquoi sortir de chez soi ?

La Mobilité virtuelle instantanée : la centrifugeuse informationnelle ?

Éloge anticipé de l’équipement omnipotent

Autant la mobilité immobile est une illustration de forces centripètes qui poussent à rester chez soi sans mettre le nez dehors, autant la mobilité virtuelle instantanée va illustrer le potentiel d’un dispositif technologique, mobile ou pas. Ce scenario est celui de la montée en puissance des équipements de communication qui permettent à chacun de tout faire non seulement depuis chez soi mais n’importe où dans le monde. A partir du moment où vous pouvez vous connecter à internet, vous pouvez avoir accès aux mêmes personnes et informations que l’employé dans son bureau. Vous pouvez bien sûr prendre des décisions, gérer, commander, manager. Que vous soyez en train de camper en Mongolie  ou siroter un café à San Francisco ce qui compte n’est pas là où vous êtes mais ce que vos compétences vous permettent de faire. Demain l’AI on device  sur l’appareil « jouera un rôle essentiel dans la création d’expériences puissantes, rapides, personnelles, efficaces, sécurisées et hautement optimisées ».  Le smartphone du futur sera un assistant personnel avec IA générative intégrée dans la puce.

La Mobilité paisible : l’injonction de douceur dans un monde de brut ?

Éloge anticipé de la lenteur et de la mobilité modérée

A côté de ces deux scenarios de mobilité – qui vont coexister et qui ne seront pas si tendus que ça parce qu’on se fait à tout et que le futur fait souvent peur mais,  quand on sera dedans,on s’y fera – il y a bien quelques anticipations plus ou moins utopiques.

Les mouvements valorisant le fait de ralentir le rythme déchaîné des travaux et des jours

suscitent un intérêt depuis longtemps.  L’enjeu est d’assumer un autre rapport au temps, permettant de reprendre le contrôle, de prendre ses distances vis-à-vis des injonctions de la société de consommation. La stratégie du slow n’est pas récente. Elle a été initiée en 1986 en Italie. Si elle a commencé avec le slow food elle nous intéresse ici dans ses « déclinaisons mobiles ».

Cette mobilité douce a pour agenda explicite de sauver la planète. Elle fait appel aux modes de mobilité actifs – c’est-à-dire qui ne mobilise que la seule énergie humaine : la marche à pied, le vélo, la trottinette, le roller, la roue électrique et tous les transports respectueux de l’environnement.

Ses bénéfices sont nombreux : réduction de la pollution, augmentation de l’activité physique, meilleure santé physique, augmentation de la qualité de vie et des conditions de transports, etc. 

Pour autant le mouvement slow – et en particulier dans sa déclinaison sur la mobilité – reste, au mieux,  un succès d’estime. Les relations entre trottinettistes bobo et chauffards de SUV bourrin vont demeurer rugueuses. S’il y a un invariant dans l’histoire de l’humanité c’est bien son appétit pour la controverse. On peut anticiper que la mobilité paisible sera le rêve de minorités moquées et conspuées qui croient encore à une utopie sur la planète.

La Mobilité ludique : l’utopie d’une mobilité est confiée aux artistes et aux gamers ?

Éloge anticipé du réenchantement 

Le  lien social n’est pas en très bon état et ça ne va pas aller en s’arrangeant. Et si la ville devenait un terrain de jeu. Une ville qui se transformerait au gré des événements et des saisons. Déambuler dans cette ville du futur sera source d’émerveillement et de réconciliation sociale. Les quais de la Seine se sont déjà transformés en bords de plage, les murs des immeubles en écrans de cinéma ou en supports de tableaux numériques… Hacker la ville, retourner l’espace et l’embellir sera le but de mouvements spontanés applaudis par les résidents comme par les visiteurs.  Tricoter un poteau ou une fontaine, planter un semi sur un terrain vague, tags et street art, ou occuper une place de parking, l’imagination des citadins pour s’approprier l’espace urbain et imaginer un futur sera le nouveau vivre ensemble de la mobilité… Concours de street Badminton, terrasses mobiles, recyclage de cagettes en cabane temporaire, voiture-jardin, terrain de mini-golf, potagers, espace bibliothèque, lieux d’échanges et de partages, installations et performances artistiques… autant d’initiatives pour imaginer de nouveaux espaces de vie en milieu urbain et de nouveaux usages de la ville de demain. Il est donc possible que l’on voit, d’ici quelques années, une réappropriation du centre-ville par les habitants.  Les artistes de la nouvelle mobilité seront les sources d’inspiration des citoyens, des édiles, des commerçants. Cela se concrétisera par un état d’esprit assez radical: il s’agit de réenchanter la ville en fluidifiant et en théâtralisant les flux. 

*

On peut toujours fantasmer différents futurs et les isoler pour les besoins de la démonstration. La mobilité qui vient sera peut-être un bricolage de ces différentes hypothèses. 

FuturHebdo #07 « Industrie zéro carbone en 2050 : un horizon atteignable ? » | IHEST | Consulting et Publication

Voici le nouveau numéro de Futurhebdo, le magazine de nos futurs immédiats. Il a été conçu en collaboration avec l’Institut des hautes études pour la science et la technologie (IHEST), à la suite de l’université territoriale : « Industrie zéro carbone en 2050 : un horizon atteignable pour la Métropole Rouen – Normandie ? », événement lui aussi conçu par l’IHEST dans lequel le Comptoir Prospectiviste assurait la partie prospective.

Les 1er et 2 décembre 2022, cette université a rassemblé près de 80 acteurs du territoire de Rouen, industriels, associatifs, agents territoriaux et élus, dont messieurs Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen et président de la Métropole Rouen-Normandie, et Abdelkrim Marchani, son vice-président à la Métropole. Ils ont pu entendre Pierre Musso, philosophe, François Bost, économiste, Catherine Guermon, EcoAct et Pierre Giorgini, prospectiviste.

Ils ont également reçu les témoignages de cinq autres territoires engagés dans cette démarche de décarbonation : la Vallée de la chimie, Lyon, Dunkerque et son projet TIGA, la région Occitanie, Nantes – Saint-Nazaire et leurs « Énergies nouvelles » et Hambourg, Allemagne. Ils sont aussi participé à trois ateliers dont utilisant la démarche prospective.

Ce document s’appuie sur les prises de paroles des uns et des autres, hommes et femmes de conviction qui partagent leurs visions des enjeux qui se présentent à la France et à ses territoires sur le long chemin qui doit mener à la nécessaire décarbonation de nos activités industrielles.

Bonne lecture !


Vous trouverez ce numéro 7, et les numéros précédents de FuturHebdo,
dans la boutique du Comptoir Prospectiviste : https://prospectiviste.fr/boutique/

À consulter aussi sur le site de l’IHEST :
https://www.ihest.fr/futurhebdo-x-ihest-industrie-zero-carbone-en-2050-un-horizon-atteignable/

 

FuturHebdo Anthologies Prospectives #04 est paru | Publication

La nouvelle mouture du recueil FuturHebdo Anthologies Prospectives vient de paraître. Dans ce numéro, des articles des trois comparses du Comptoir Prospectiviste (Olivier Parent, Christian Gatard, Patrick Delcourt), d’autres textes des invités habituels (Nathalie Viet, Luc Dellisse) et d’autres encore de nouveaux venus dans les pages de FHAP : ce sont Raphaële Bidault-Waddington, Georges Amar, Anne-Cécile Violin, Philippe Jourdan et Jean-Claude Pacitto.

Bonne lecture !

Vous trouverez ce numéro 4, et les numéros précédents, dans la boutique du Comptoir Prospectiviste : https://prospectiviste.fr/boutique/

EDITO : La crise sanitaire qui nous frappe a pris tout le monde de court. Elle met en lumière le manque d’anticipation de nos sociétés. Elle déstabilise tous les acteurs, y compris les plus éclairés de nos économistes ou de nos politiques.

La Prospective, comme les autres observateurs de la société, ne peut échapper à la nécessaire introspection que les organisations humaines, aujourd’hui, s’imposent. Il faut cependant rester prudent quant à la responsabilité qui serait celle de la prospective de ne pas avoir anticipé la crise qui frappe le monde.

Certains prospectivistes clament haut et fort qu’ils ont envisagé une pandémie mais n’ont pas été écoutés… D’autres, s’auto-flagellent et s’essayent désormais à réduire les délais temporels avec lesquels la prospective joue pour s’attacher à une prospective du présent… D’autres encore rappellent simplement que la prospective n’est pas une boule de cristal, que sa vocation première est d’accompagner, dans une indispensable confiance, les activités humaines pour les éclairer d’une lumière autre que celle du résultat immédiat ou de la productivité.

La pandémie met aussi en danger certains fondements de la prospective. Elle pourrait, par exemple, la priver d’une pensée libre de toute contrainte pour l’obliger à s’engager dans une posture solutionniste.


Et pourtant, aujourd’hui comme demain, la Prospective reste l’analyse de conséquences issues de postulats identifiés. Elle devra donc continuer à créer des écosystèmes spéculatifs dans lesquels se déploieront des scénarios. Ceux-ci serviront à tracer la cartographie des futurs des organisations qui la sollicitent. Malgré les légitimes chocs post-traumatiques, elle devra continuer à pousser les curseurs, quitte à choquer : ses recommandations devront être encore plus robustes et justifiées… En contre- partie, le commanditaire devra accepter d’être bousculé : si la prospective dérange, elle ne le fera jamais gratuitement, elle s’y engage !

On le rappelle, la prospective n’a pas la science infuse, elle n’est pas plus un art divinatoire ! Elle est un outil au service du dé- cideur, sans se subs- tituer à lui. Plus que jamais, la prospective doit être envisagée comme un moyen d’anticipation au ser- vice d’une décision responsable, pour ins- pirer la construction d’une société post- crise. Faut-il encore lui donner l’occasion d’y participer.

Dans les pages qui suivent, nous vous proposons quelques morceaux choisis de ces tentatives de repenser le monde !

FuturHebdo Anthologies Prospectives #03 est paru | Publication

La nouvelle mouture de recueil FuturHebdo Anthologies Prospectives vient de paraître. Il sera envoyé à certains privilégiés. D’autres en recevrons un exemplaire lors de nos diverses rencontres… Le prochain numéro pourra être commandé en ligne. Dans ce numéro, des articles des trois comparses du Comptoir Prospectiviste (Olivier Parent, Christian Gatard, Patrick Delcourt) et d’autre de Nathalie Viet, Luc Dellisse, Thomas Michaud et Lorenzo Soccavo. Bonne lecture !

A télécharger en pdf ICI.

EDITORIALE : Cet automne 2019, le Comptoir Prospectiviste fête ses quatre années d’activité. Pour Christian Gatard, Patrick Delcourt et moi-même, la création de ce bureau d’études en prospective stratégique concrétisait plu- sieurs années de consulting en prospective réalisées comme indépendants, auprès de divers organismes, qu’ils soient privés, publics ou associatifs.

Cet anniversaire est aussi l’occasion de se pencher sur l’intérêt toujours plus marqué que le marché prête à la prospective.

Beaucoup de choses sont dites sur la prospective… bien que ce qui en est dit ait tendance à confondre prospective et futurisme, prospective et innovation, prospective et design… A l’évidence, la prospective a besoin des visions du futurisme, de la recension des innovations et de la créativité du design… Une fois ces éléments et d’autres rassemblés, c’est l’étude des conséquences de ces éléments, les postulats de la prospective, sur le corps biologique, entrepreneurial, associatif, social ou étatique qui sont la Prospective.

La prospective peut être ascendante (forecasting) : on étudie les possibles qui se présentent en fonction des postulats de bases. La prospective peut être descendante (backcasting) : on étudie les conditions nécessaires pour arriver à un futur imposé… peu importe les méthodes utilisées, réalistes, constructivistes… tant que cette démarche intellectuelle permet de repenser le présent, celui de l’individu, de l’entre- prise, de toutes organisations humaines.

En ayant conscience de ses racines intellectuelles (histoire, sciences « dures » ou « molles » — économie, sciences humaines et sociales — études de marchés qualitatives…), la prospective se révèle alors être un formidable outil d’aide à la décision. Chacun est invité à s’emparer de la Prospective pour construire un avenir dans lequel indécision et indétermination sont minimisées par la mise en valeur de l’émergence d’une culture polyvalente. Ce numéro de FutuHebdo Anticipations Prospectives en rend compte à sa manière.

Alors, laissez-vous séduire par cet étrange côté de la réalité, où l’histoire jaillit du passé pour percuter le présent et plonge vers l’avenir… où le futur vient percuter le présent sans qu’on ait, semble-t-il, les moyens d’appréhender ce déferlement d’événements ! C’est là que la prospective intervient : elle prend le relais de l’historien ou celui du sociologue, elle fait taire le collapsologue et invite le présent à se réveiller de sa torpeur consumériste.

Alors, bienvenue dans le présent : C’est la plus belle aventure à vivre ! La prospective va devenir votre compas pour naviguer au milieu de ce que la plupart ne perçoit que comme « incertain » !

LES ENTRETIENS DE FUTURHEBDO #02 : GILLES BABINET

Toujours dans le renouvellement de l’exploration du présent, à la lumière d’avenirs multiples, FuturHebdo propose une série d’interviews de personnalités qui, chacune dans leur domaine, sont à la jonction de la société du savoir, de la recherche, et du grand public. Chacune de ses personnalités nous propose sa vision de la place des sciences dans nos sociétés modernes, de la vulgarisation, de la prospective, cette interrogation du présent par le futur…

Tous les interviews seront construits selon la même structure afin de permettre une lecture comparée de ces interviews, entre eux, d’en faire une lecture synoptique.
Aujoud’hui : Gilles Babinet, Digital Champion de la France auprès de l’UE
Olivier Parent (FuturHebdo) : Bonjour, Pouvez vous nous dire où nous sommes et vous présenter en quelques mots ? Quelles sont vos activités dans les domaines des sciences ?
Gille Babinet : C’est un sujet qui me passionne depuis toujours car c’est au cœur de la révolution… le capital humain, et donc je m’intéresse à la foi à ce que sont les pédagogies pour le jeune âge, l’école primaire en particulier et en même temps à l’enseignement supérieure et les formations professionnelles. Et, d’une façon plus générale : comment est ce qu’on apprend à innover, comment on apprend travailler dans des logiques de rupture car c’est passionnant. 
Donc dans ce cadre, j’ai plusieurs activités : je suis au conseil d’administration d’une start up qui fait des mooks. Je suis très impliqué dans l’institut Montaigne. On vient de publier un rapport sur l’enseignement supérieur et numérique, et puis c’est un sujet que j’aborde dans mes livres et conférences.